Libération du Karan Yrkanis – Quarta, Thermis 22, 1er CA 2558

Le Tria, Frutor 27, 4e CA 2555, les Matis firent porter par izam une missive à l’Empereur :

sharükos Dexton, sharùmal, akenaks, Deles silam.

Le Royaume vient par la présente requérir de l’Empire une audience destinée à négocier la libération d’Yrkanis Karan ainsi que de la Générale Stachini Rosidi, déchue de son titre à l’issue de notre affrontement à Thesos, par la volonté du Karin, lequel remplit désormais, provisoirement, les fonctions du Karan.

Sachez que deux émissaires matis, Serae Salomey et Ser Zagabranth « Zagh » Nebbia, sont prêts au départ vers le Désert pour entamer lesdites négociations et écouter vos demandes.

C’est ainsi que ce jour là, une série d’échanges entre le sharükos et le peuple Matis fut inaugurée.

Frontière Fyros Matis
La frontière matisse avec l’Empire

Pendant ce temps, Yrkanis, Fils de Yasson, Karan du Royaume des Sommets Verdoyants demeurait retenu dans une aile reculée du Palais Impérial. Le couloir qui menait à sa chambre était solidement gardé, mais les gardes avaient reçu pour consigne de lui être agréables dans la mesure du possible. Il ferma les yeux et adressa une courte prière à la Déesse.

Ô Jena, Créatrice de toute Vie, Toi qui as vaincu le Grand Dragon,
Toi qui m’a envoyé répandre Ta bénédiction et être le relais de Ta Lumière,
Toi qui veilles sur tous Tes Enfants et qui leur montre la Voie,
Entends ma Prière, écoute la supplique de Ton Fils !

Protège Ton Peuple bien aimé,
Aide-le à surmonter cette épreuve,
Donne-lui la Force de trouver la Voie Juste
Et insuffle Ton Esprit à celui qui le guide.

Ô Jena … Bénie sois-tu, Mère d’Atys !

Les doutes qui avaient assaillis Yrkanis juste avant le dénouement de la guerre réapparaissaient à présent quotidiennement. À l’époque ils avaient rapidement été balayés. Tout le Peuple était derrière son Karan, et, au premier rang parmi les Sujets, le Karin Stevano. Son enthousiasme et sa vigueur avaient été déterminants dans les préparatifs. À nouveau, l’inquiétude s’empara du Roi prisonnier. Jena accepterait-elle de donner toute sa force à son fils pour qu’il gouverne le peuple Matis avec sagesse durant son exil forcé ?

Nec. Il était tôt, trop tôt. Les Sommets Verdoyants devaient retrouver sans attendre leur guide et leur grandeur.

Le Karan apparut dans l’encadrement de la porte. Immédiatement un garde s’avança et se planta devant lui, silencieux.

« Je souhaite une audience. »

Écritoire Matis
Écritoire matis

Quelque temps après, l’Empereur Dexton autorisait la tenue d’une rencontre publique entre Yrkanis et les émissaires matis au Palais Impérial , dans l’hémicycle des akenak. L’entrevue eut lieu le quarta, frutor 4, 1er CA 2557, sous haute surveillance : seuls les homins non fichés par la Garde Impériale et non armés étaient autorisés à y assister et seuls les émissaires eurent droit à la parole. Aucun manquement à ces règles ne fut toléré.

Cela faisait déjà plus d’un an qu’Yrkanis était retenu par ces barbares de Fyros et les négociations étaient rendues difficiles par les exigences de l’Empire, ainsi qu’en témoigne Ser Reedeek :

L’addition était lourde pour permettre le retour du Karan : 15 milliards de dappers, une grande quantité de matières premières pour la reconstruction de Thesos et l’annexion de la Source Cachée par les Fyros.

Économiquement parlant, la Source Cachée n’a pratiquement aucune valeur pour le commerce matis. Les ressources qu’il est possible d’en extraire, pour peu que les créatures qui l’habitent nous laissent y forer en paix, ne sont pas exploitables pour notre artisanat. D’ailleurs, ces fameux prédateurs poseront aussi problème à l’Empire : maintenir une présence militaire dans la Source, c’est autre chose que de patrouiller dans les Dunes Impériales et les Fyros devront payer le prix de la sève de bon nombre des leurs, alors même qu’ils ont déjà perdus beaucoup de soldats lors du conflit. Un certain nombre de familles ne devraient pas tarder à adresser au Palais Impérial leurs doléances, demandant pourquoi les leurs doivent mourir, dévorés ou mis en pièces, si loin de chez eux.

En fait, si la Source Cachée a pour nous une valeur sentimentale liée à la beauté de la Source elle-même, la région n’a de valeur stratégique que comme voie de passage obligée pour rejoindre le territoire impérial. L’étroit sentier menant du Tertre à la Source, seule voie d’accès aux Forêts du Royaume, étant en effet aussi aisé à garder que le vortex reliant la Source aux Dunes Sauvages, le désavantage stratégique subi par sa perte est, somme toute, mineur.


Ainsi, le Prima, Floris 1, 1er CA 2558, il a été décidé, en Chambre des Nobles, que la Famille Royale et la Haute Noblesse participeraient à la rançon. Le Royaume s’est donc séparé d’une partie de son précieux héritage culturel afin de réunir la somme demandée.

Si bien que, sur les murs de Pyr, on put bientôt lire ces affiches :

Patriotes,

Voici de long mois que le sharük a entamé, au travers d’une correspondance soutenue avec le Royaume et de nombreux entretiens avec ses émissaires, les négociations visant à la libération du Roi Yrkanis.

Fiers citoyens du sharük, j’ai aujourd’hui la joie de vous annoncer que les Matis ont enfin rassemblé la totalité de la somme demandée par sharükos, ainsi que les matières nécessaires à la reconstruction totale de Thesos. Avec le document attestant l’annexion de la région de la Source Cachée, signé de la main du Régent Stevano et du Roi Yrkanis il y a quelques mois, le Royaume a donc à ce jour respecté tous les termes fixés à l’ssue de cette négociation.

À présent, il est du devoir du sharük de respecter à son tour ses engagements : Yrkanis, fils de Yasson et souverain du Royaume des Sommets Verdoyants, sera libéré le Quarta, Thermis 22, 1er CA 2558.

Patriotes, ce jour restera gravé dans l’histoire du sharük comme la glorieuse conclusion de notre série de victoires !

sharük pyrèkud !


Les Matis escortent le convoi transportant la rançon.sur la route du Désert


Le convoi transportant la rançon parvient à Pyr


Les Matis escortent leur Karan jusqu’en sa capitale

(Le 16/10/2011, d’après des fragments de cube d’ambre du passé)